Christophe Houllier

Technique : Mix media Peinture acrylique, pastel à l’huile, pastel à l’écu, encre de chine sur papier

Dimension : 50 X 70 cm

Composition: 1 feuille de 50 x 70 cm encadré

Format du tableau: Vertical

Finition : Deux couches de vernis pour protéger et donner une très longue longévité à l’œuvre

C’est une œuvre unique que vous ne trouverez dans aucune autre boutique

Le tableau est signé et contresigné au dos

L’œuvre est livrée avec facture et certificat d’authenticité

650,00 

Rupture de stock

Quand j’ai commencé « Cosmogonie N°10 », je l’ai fait en vue d’une exposition, en me disant qu’elle devra être représentative de tout ce qui l’a précédé. C’est le contraire qui s’est produit.

Dans les premières heures de réalisation, je me suis aperçu que je singeais mon travail. De plus, j’avais des difficultés techniques et d’organisation (que j’explique dans une vidéo) lors de la production. Je suis intervenu vraiment touche par touche.

Cette vue critique sur mon travail et ces conditions techniques m’ont amené à ce résultat : comme un négatif du reste de la collection, elle a une touche, une facture et une esthétique différente. Plus douce mais plus sombre, cette peinture montre des vagues plus informelles dans lesquels le carré commence à se fondre. Le mouvement disparaît. L’instant se fige.

Cette œuvre vient rompre la recherche « cosmique » des « Cosmogonies » mais marque aussi un virage plus conceptuel dans la série. Comment l’expliquer ? A vrai dire, je trouve cette peinture désespérante.

En la regardant, je me dis qu’il ne faudrait pas grand-chose pour que tout s’éteigne. Si, sur le plan visuel, elle semble plus nuancée, elle est en fait d’une plus grande radicalité car j’y vois une critique du monde actuel, où tout sens se perd et où tout se vaut. Nous sommes comme ce carré, submergés, noyés dans un flot d’absurdités sans saveur, phagocyté par un monstre amorphe au cœur aride.

Cette œuvre qui devait « résumer » la collection, brandit, au contraire, une forme de menace dans le postulat qui consisterait à rejeter, juste par principe, toute interprétation du mystère de notre existence.
Se créer des légendes, tant que ce n’est pas l’instrument d’une volonté de puissance, peut être aussi un exercice d’humilité et d’ouverture à l’autre.

En négatif donc, elle montre ce que la collection « Cosmogonies » n’est pas. Elle est comme le garde-fou dans la série.

Le support inédit de la toile a douloureusement provoqué un travail de la matière que je n’avais pas encore explorée. Dans la volonté de ne pas caricaturer mes précédentes productions et fort de bons acryliques et de la qualité des pastels, je me suis adapté et j’ai pu aller au bout d’un œuvre qui représente finalement une évolution salvatrice de ma démarche artistique.