Christophe Houllier

Technique : Mix media Peinture acrylique, pastel à l’écu, pastel à l’huile, encre de chine sur papier

Dimension : 130 X 100 cm

Composition: Papier Etival 300g marouflé sur bois

Format du tableau: vertical

Finition : Deux couches de vernis pour protéger et donner une très longue longévité à l’œuvre

La peinture ici reprend racine dans la figuration. J’incarne à nouveau mon sujet.
Je sors de l’introspection pure pour me confronter aux images de l’inconscient collectif, ces symboles chargés de l’Histoire et des passions humaines. J’affirme ma pensée afin de bâtir une relation avec l’autre. Je fais une proposition, je pose une question.

Mais l’abstraction ne disparaît pas complètement. Je veux éclater ces images, être à la frontière, en garder la substance de l’idée et faire ainsi résonner l’humain dans l’infini. Celle du temps.
Vision quantique. Ce qui a été, ce qui est, ce qui sera, est, dans une forme d’immobilité vivante. Cette histoire humaine se décompose et se recompose par différentes formes, différents traitements. Un état entre mouvement et cristallisation.

Cette image des mains, c’est l’échange qui s’oppose à l’insatiabilité humaine, invisible, rampante ou revendiquée. Contre le prédateur qui prend et le non moins redoutable qui attend et reçoit. Leurs victimes ne sont pas les moins courageux, ni les plus bruyants.

Une œuvre pour prôner une invincible idée. Une image contre les icones célébrant la possession, la vanité, l’envie. Affirmer une autre valeur, celle de l’équité dans l‘échange. Retirez une main de cette image, il ne reste que celle qui prend, sans retour. Nous aurions l’équation qui mène à notre perte.

Recherche d’élévation en se privant bien de donner des leçons. Archétype N°2 est fait ici pour renvoyer chacun à son propre rapport entre l’être et l’avoir. Chacun jugera sa vision.
C’est une question sur notre propre regard. Je la pose à toi, inconnu, qui es déjà toi-même en quête. Comme dans cette peinture, je tends la main.