Christophe Houllier

Technique : Mix media Peinture acrylique, pastel à l’écu, pastel à l’huile, encre de chine sur papier

Dimension : 40 X 40 cm

Composition: Papier Etival 300g marouflé sur bois

Format du tableau: Carré

Finition : Deux couches de vernis pour protéger et donner une très longue longévité à l’œuvre

500,00 

Rupture de stock

Il ne faut jamais trop attendre quoique ce soit d’une création. C’est pour cette raison que je ne fais aucun croquis ou essai préparatoire. Chaque production est la recherche artistique et plastique même. Et lorsque je me dis que vient le moment de faire une œuvre point d’orgue d’étapes précédentes, il en résulte souvent quelque chose qui n’est pas attendu.

Ici, c’est le cas encore. Abîme N°16 me laisse un sentiment d’inachevé même si je ne veux rien ajouter. Par exemple, les formes géométriques carrés ne sont quasiment pas suggérés. Les jeux visuels de profondeur laissent plutôt place à l’idée d’un télescopage.

Peut-être est-ce à l’image de la période de grande instabilité durant laquelle elle a été faite. C’est à ce moment que j’ai renoncé à une partie de mon ancienne activité pour consacrer un plus large temps à celle d’artiste. Il y avait donc une forme de libération mais aussi un sentiment de perte. Il y avait la joie de changer de vie mais malgré le soutien évident de mon épouse, sa crainte de me voir porter parfois moins attention à ma famille. Cette œuvre s’est donc faite dans un moment de crise psychologique et affective. Je me suis alors investi dans cette œuvre comme pour m’isoler de cette confusion de sentiments et n’être qu’expression plastique.

Cette œuvre porte réellement toute cette charge émotionnelle personnelle. Je ne saurais dire si, vu de l’extérieur, cela se ressent mais on pourra dire qu’il s’agit clairement de l’expression d’affects, chères à la pensée spinozienne.
En cela, on entre dans le cœur du sujet. Atteindre la plénitude, ce n’est pas rejeter ses sentiments mais en faire le tri et les ordonner. Ce que cette peinture m’a aidé à faire, réellement. Elle aura donc toujours une place toujours particulière dans les Abîmes.